Les couronnes
>>
Accueil
>
A pied
>
Les couronnes
Florac 3 Rivières

Les couronnes

Agriculture et Elevage
Eau et Géologie
Faune et Flore
Histoire et Culture
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion

Une balade riche d'intérêts naturels et patrimoniaux, des paysages aussi variés que spectaculaire, ce sentier est un incontournable au départ de Florac.

Ce sentier mène sous le plateau du Méjean. De là, on domine la vallée de Florac et les spectaculaires « couronnes ». À l'horizon, les Cévennes et le mont Lozère se découpent en une série de plans à l'infini.


Les 23 patrimoines à découvrir
Histoire et Culture

Planet

Aux XVIe et XVIIe siècles, de nombreux troubles religieux opposant catholiques et protestants ont affecté les Cévennes, causant maintes destructions. Après la signature de la paix d’Alais (juin 1629) entre Richelieu et le duc de Rohan, les protestants conservent le droit de pratiquer leur religion mais leurs fortifications sont détruites. C’est le cas des remparts de Florac. La maison où est installée le panneau est l'une des plus anciennes de Florac : sa tour surveillait la porte du Thérond. C’est aussi le carrefour entre l’ancienne route de Nîmes à Saint-Flour et l’ancienne route de Florac à Séverac par le Causse.

lire la suite
Histoire et Culture

Grand-Rue

La rue Armand Jullié est l’ancienne rue commerçante, bordée d’échoppes aux devantures caractéristiques. C’est cette rue que traversaient les caravanes de muletiers qui transportaient les marchandises entre l’Auvergne et le Midi, auxquels ont succédé les rouliers et les charretiers. Plus d’une vingtaine de rouliers “remisaient” à Florac au début du XXe siècle : ils y faisaient halte et prenaient des chevaux de renfort pour grimper les côtes qui les attendaient sur la route.

lire la suite
Architecture et Village

Église Saint-Martin

L’église primitive, celle du prieuré de la Chaise-Dieu, était à l’emplacement de l’église actuelle, et entourée d’un cimetière. Entre le XIIIe et le XVe siècle, l’histoire de Florac est marquée par les rivalités qui opposaient le pouvoir du prieuré à celui du seigneur, installé de l’autre côté du ruisseau du Vibron.L' église fut détruite en 1561 et un temple fut construit sur ses ruines. Les guerres de Religion dévastèrent plusieurs fois Florac. Le temple fut détruit à son tour, ainsi que l’horloge et le clocher, au début du siècle suivant (1629). L’église actuelle, d’architecture néoclassique, date de 1833, comme le temple actuel, situé sur l’Esplanade.

lire la suite
Architecture et Village

Ancien couvent

Construit pour accueillir un hôpital, le bâtiment fut occupé au XVIIe siècle par un couvent des Capucins. Transformée de nouveau en hôpital, cette maison a également été le siège de la sous-préfecture, puis d’une institution religieuse. Maison dite “de la congrégation”, elle est aujourd’hui utilisée comme école privée. Il faut l’imaginer lorsque à la fin du XVIIe siècle, ce quartier était très peuplé et animé par de nombreuses activités économiques : artisans du textile, ouvriers du cuir, mais aussi muletiers, voituriers et cabaretiers vivant du passage de ces transports.

lire la suite
Eau et Géologie

Le Vibron

Ressource en eau potable pour alimenter les nombreuses fontaines des quartiers de la ville et pour irriguer les jardins, ce cours d’eau a également fait tourner jusqu’à huit moulins et servi de vivier pour élever le poisson. Jadis l’eau courante du Vibron desservait les lavoirs, les tanneries et servait à évacuer les eaux usées.

lire la suite
Agriculture et Elevage

Ferradou et le foirail

Ce “travail” ou “ferradou” servait à ferrer les boeufs. Il est situé sur le foirail, près du poids public, où se sont tenues jusqu’à treize foires annuelles. Ces foires étaient des lieux d'échanges entre les régions voisines. On y menait des moutons, des chèvres, des bovins, des cochons, depuis les Causses, les Cévennes, le mont Lozère, et plus loin encore. On y vendait du vin, des châtaignes, du blé, des fruits, des sabots, des tissus de laine… Elles étaient de vraies fêtes que certains arrosaient plus que de raison avant de repartir vers leur village !

lire la suite
Eau et Géologie

Pisciculture

Installée en amont de l’ancien pont de la Draille, la pisciculture perpétue une tradition d’élevage de poissons probablement très ancienne. Derrière les bassins d’élevage se trouve le moulin de la source, l’un des anciens moulins de Florac qui servaient à moudre du blé, extraire l’huile de noix, fouler de la laine...

lire la suite
Cols et Sommets

Panorama et l'histoire

Un village troglodyte existait dès l’âge du bronze dans les rochers de Rochefort (1054 m d’altitude) où fut construit le premier château féodal. A l’époque gallo-romaine, Florac n’était sans doute qu’un domaine rural. C’est autour du quartier du Fourniol, sur la petite hauteur qui domine le Vibron et au pied de l’église, que s’installe le village médiéval. La population atteint 1 000 habitants au XVIIIe siècle, 2263 en 1852. Elle demeure à peu près stable depuis le début du XXe siècle (autour de 2 000 habitants).

lire la suite
Eau et Géologie

Source du Pesquié

La source du Pêcher (Pesquié)sort d’un gros éboulis par plusieurs venues d’eau, les griffons, dont aucune n’a pu être pénétrée jusqu’à présent. Elle fournit beaucoup d’eau, en quantité irrégulière :
• débit d’étiage (basses eaux) : entre 80 l/s et 200 l/s
• débit moyen : entre 1 250 l/s et 7 000 l/s
La température moyenne est de10°C à 10,2°C.

lire la suite
Histoire et Culture

Château et foirail

Rebâti en 1652, après les guerres de Religion, le château de Florac occupe l'emplacement de l'ancien château féodal dont on retrouve mention dès le début du XIIIe siècle. Au moment de la Révolution, le château a été transformé en “grenier à sel”. Vendu à l'Etat en 1810, il a été utilisé comme prison, dont il garde encore quelques attributs. Depuis 1976, il est le siège du Parc national des Cévennes.

lire la suite
Histoire et Culture

Esplanade

Le passage sous le porche de la sous-préfecture est l'un des nombreux passages couverts qui se faufilent sous les maisons : vous venez de traverser les anciens remparts de Florac et vous vous trouvez à l'intérieur de la ville médiévale. Outre ses beaux platanes centenaires (les plus âgés ont 200 ans) vous y trouverez d’un côté, la statue de Léon Boyer, collaborateur de Gustave Eiffel avec qui il a construit le viaduc de Garabit, mort au Panama en 1883 où il travaillait au percement du canal ; de l’autre, le temple protestant et le monument aux morts.

lire la suite
Histoire et Culture

Transformation précoce du paysage

Il y a 5 000 ans, l’agriculture était déjà bien présente sur le plateau comme en témoignent les grandes faucilles taillées dans la pierre, les vases-silos cerclés de cordons pour stocker les réserves, les graines carbonisées (orge, plusieurs variétés de blé...) que contiennent les vestiges d’habitat de l’époque, à l’intérieur des grottes et des avens. Outre les céréales, on consommait des produits de l’élevage (mouton, boeuf, cochon), de la pêche (saumon) et de la chasse (cerf, chevreuil, bouquetin, ours brun, castor, lièvre, lapin, grand tétras...) qui laissent imaginer un environnement naturel beaucoup plus boisé qu’aujourd’hui.

lire la suite
Histoire et Culture

Traces des premiers hommes

Le dolmen de Pierre Plate a été construit vers – 2 600 avant J.-C. Les dolmens comme celui-ci  sont des sépultures collectives qui devaient avoir aussi un rôle dans l’identité et la cohésion du groupe social qui les a bâtis (dénommé groupe “des Treilles” par les archéologues, d’après le nom d’une grotte qu’ils ont occupée). Ces bâtisseurs sont des pionniers de la spéléologie : ils se sont aventurés au fond des avens pour s’y approvisionner en eau et en argile. Ce sont aussi des innovateurs : ils produisent de très belles pointes de flèches en pierre taillée en forme de sapin et, bientôt, apprennent à façonner le cuivre (flèches, poignards, haches).

lire la suite
Cols et Sommets

Carrefour de paysage en mouvement

À l’ouest et au nord-ouest, les causses Méjean et de Sauveterre, plus loin vers l’ouest, le causse Noir et le causse du Larzac : dans ces grands plateaux de calcaire fissuré, l’eau s’infiltre rapidement pour rejoindre les rivières qui y ont creusé des gorges impressionnantes. Devant, tout au fond, le mont Lozère, qui a donné son nom au département : autant les Causses sont arides, autant le Lozère est parcouru de ruisseaux (cf. cascades de Runes et de Lozérette) qui irriguent ses prairies… Entre les deux, le profil abrupt des vallées du Tarn, de la Mimente et du Tarnon.

lire la suite
Cols et Sommets

Couvert forestier de plus en plus étendu

Dans les fonds de vallée demeurent d’assez grandes étendues de prairies cultivées mais une partie de l’espace a été urbanisée. D’autres surfaces cultivables, “suspendues” à mi-versant, dépendent, pour leur entretien, du maintien des agriculteurs qui habitent les villages isolés. Sur les pentes, les boisements mélangés de chênes, châtaigniers et résineux modèlent un couvert végétal où différentes époques ont laissé leur marque. Les pelouses se maintiennent en altitude et les landes recouvrent les sols siliceux.

lire la suite
Eau et Géologie

Réseaux des rivières

En aval de Florac, le Tarn et ses affluents drainant plus de 50 000 hectares de versants avec la multitude des petits ruisseaux qui parcourent les pentes, depuis les sources les plus infimes. Toutes ces rivières appartiennent au versant atlantique: leurs eaux vont rejoindre l’océan. Leur régime est plus régulier que celui des rivières cévenoles qui appartiennent au versant méditerranéen. Du côté atlantique, on note une pente moyenne modérée et un climat assez régulier, du côté méditerranéen, un tracé plus abrupt, et de fortes précipitations orageuses en automne et au printemps.  Entre les deux, comme ici, une zone intermédiaire brasse les caractères de l’un et de l’autre...

lire la suite
Agriculture et Elevage

Être éleveur sur le causse aujourd'hui

Le Pradal a longtemps été la propriété des maîtres du manoir de Gralhon qui domine Florac. Au début du XXe siècle, jusqu’en 1957, on y produisait du lait de brebis avec une centaine de têtes de bétail, pour les caves de Roquefort. Puis, la main d’oeuvre se faisant rare et tout particulièrement les bergers, le troupeau a été reconverti dans la production de viande. Aujourd’hui, la ferme du Pradal s’étend sur 357 ha dont 20 % de terres labourables. Le troupeau de 400 brebis mères produit du lait pour la fromagerie du Fédou, installée sur le causse Méjean. Une vingtaine de vaches vient compléter la production de cette exploitation.

lire la suite
Faune et Flore

Les pelouses du causse

Les pelouses du causse sont d'origine agropastorale. Elles abritent une biodiversité spécifique (plantes, insectes, oiseaux...)  et notamment une grande richesse d'espèces végétales remarquables et endémiques. Elles constituent des paysages reconnus au niveau européen. Elles se démarquent par leur complexité, avec des séries végétales de basse et de moyenne montagne du sud de la France.

lire la suite
Histoire et Culture

La ville de Florac

Florac, sous-préfecture de la Lozère, commune du Parc national des Cévennes, compte aujourd'hui autant d'habitants qu'à la fin du siècle dernier (2 000 environ). Aujourd'hui, l'urbanisation s'est déplacée sur une partie des terrasses alluviales du Tarnon. Le château, qui date du XIIIe siècle, abrite le siège du Parc national des Cévennes.

lire la suite
Faune et Flore

Une flore adaptée

Une flore typique de ces pentes calcaires et sèches s'installe sur les pâturages. On y trouve le buis, le genévrier, l'amélanchier, l'églantier, le prunellier. Ces plantes se contentent d'un sol superficiel et recherchent la lumière. Elles sont bien adaptées à la sécheresse et à la chaleur. La rudesse des conditions de vie de ces arbustes se retrouve dans la dureté de leur bois, souvent utilisé pour la fabrication d'objets en bois tourné ou de cannes.

lire la suite
Eau et Géologie

L'aven de la Bastide

" L'aven de la Bastide se trouve sous le dernier bâtiment, au bord d'un des pâturages. Comme les dolines, les avens résultent de la dissolution et de l'effondrement des voûtes de réseaux souterrains. Le causse Méjean possède une centaine d'avens et de grottes recensés. Rivières souterraines, stalactites, stalagmites, concrétions spectaculaires : ce monde souterrain fascinant a fait la renommée mondiale de ce paradis de la spéléologie." (P. Grime)

lire la suite
Eau et Géologie

Les corniches dolomitiques

Les dolomies portent le nom du chevalier Dolomieu, minéralogiste du XVIIIe siècle, qui les identifia. Elles proviennent d'anciens sédiments marins. Un apport de magnésium a provoqué une cristallisation de la roche, ou dolomitisation. Elles sont composées d'un carbonate contenant du calcium et du magnésium. L'eau dissolvant la partie du carbonate qui contient le calcium a sculpté ces tours et ces piliers. Ces parois raides, exposées au vent, au froid, au soleil, constituent un milieu riche où poussent des espèces montagnardes telles que le daphné des Alpes, l'alysson à gros fruits, le lys martagon. Le chêne pubescent, l'érable et le pin sylvestre prennent parfois des allures de bonzaïs en raison d'un milieu rude. Les hirondelles des rochers, merles bleus ou hiboux grand-duc nichent dans les fissures rocheuses.

lire la suite
Cols et Sommets

Toujours plus fort : la via ferrata du Rochefort !

Autour du Ron Picard et le rocher de Rochefort, l’entreprise Cévennes Evasion basée à Florac a aménagé la via ferrata du Rochefort. Inaugurée en juin 2013, cette via est considérée comme une des plus belles du département. C’est encore les utilisateurs qui en parlent le mieux :
« Celle de Rochefort Florac est juste unique, magnifique et extraordinaire. Une vraie ED++. Débutants et âmes sensibles s'abstenir. Le passage de la casquette est unique, incroyable, des sensations de dingue. » (M- A)
« Super via qui fout les miquettes surtout sur le surplomb final (mortel) ! Enfin une vrai ED plein gaz avec les jambes qui pendouillent dans le vide. Un cadre magnifique auprès des vautours qui ne nous ont pas eu ! À faire absolument !! Et bravo aux concepteurs de la voie pour les multiples sorties qui permettent un passage pour tous niveaux » (P & Y)
lire la suite

Description

Depuis la Maison du Parc et du Tourisme, traverser la N106. Prendre la passerelle en fer, aller tout droit jusqu'à l'Esplanade. Tourner à gauche, remonter la place. Prendre la rue du quai et au croisement aller tout droit rue de Remuret qui monte vers l’église. Continuer de monter pour rejoindre la D16.
1 – Prendre à gauche la route, dépasser les ateliers municipaux et laisser le fronton d’entrée du parc Paul Arnal. Après le virage prendre à gauche. 200 m après le sentier arrive sur la D16. La traverser et continuer l’ascension tout droit en coupant la route 4 fois.
2 - Sous le rebord du causse, prendre la direction du Mas Rouchet sur 80 m. Puis prendre à gauche le sentier qui accède au dolmen sur la route du causse. Prendre la route sur la gauche et la suivre jusqu’au virage en épingle.
3 – Suivre le sentier qui passe sous le rebord du causse. Au départ sur environ 400m le sentier est escarpé et en escalier. Puis le sentier suit à flanc sous le bord du plateau jusqu’à la via ferrata du Rochefort.
4 – Sur le replat, laisser le sentier qui remonte sur le causse, et continuer tout droit le sentier toujours à flanc sous le bord du plateau et qui passe au-dessus des falaises.
5 – Au croisement, prendre le sentier à gauche qui descend en lacet dans les corniches jusqu’au hameau de Croupillac.
6 – Au-dessus du hameau le sentier vire à gauche, et au fond du pré prendre à gauche, passer la clôture électrique et suivre le sentier qui reste à mi-hauteur sur le flanc du causse. (Passage dans un parc à chevaux, clôture électrique). Le sentier coupe une piste, descend à droite, puis traverse un pré et revient sur la piste.
7 – 80 m après on quitte la piste, pour un sentier à droite qui descend en lacet vers le hameau du Viala de Grimoald. Au chemin tourner à droite et à la route prendre à gauche en remontant vers les maisons. Après le hameau prendre à droite, le sentier rejoint la route D907
8– A la route, la traverser en partant à gauche pour récupérer le petit passage longeant la départementale pour rejoindre Florac. Au rond-point aller tout droit. Au niveau du collège prendre à gauche la rue du pécher, puis rejoindre l’esplanade et retour à la Maison du Tourisme et du Parc national des Cévennes.

Départ : Florac
Arrivée : Florac
Communes traversées : Florac 3 Rivières

Profil altimétrique


Recommandations

Attention montée raide, avec la partie au démarrage sous les couronnes escarpée et en escalier. Petits passages vertigineux. Descente sur Croupillac caillouteuse.
Adaptez votre équipement aux conditions météo du jour. N'oubliez pas que le temps change vite en montagne. Pensez à emporter de l'eau en quantité suffisante, de bonnes chaussures et un chapeau. Bien refermer les clôtures et les portillons.

En coeur de parc
Le Parc national est un territoire naturel, ouvert à tous, mais soumis à une réglementation qu’il est utile de connaître pour préparer son séjour

Lieux de renseignement

Maison du tourisme et du Parc national, Florac

Place de l'ancienne gare, N106, 48400 Florac-trois-rivières

https://www.cevennes-gorges-du-tarn.com

info@cevennes-parcnational.fr

04 66 45 01 14

La Maison du tourisme et du Parc national des Cévennes est installée dans le bâtiment renové de l'ancienne gare en bordure de la N106. C'est un espace , d’accueil, d'information et de sensibilisation sur l'offre de découverte du territoire, ainsi que sur les règles à adopter en cœur de Parc, mutualisé entre les équipes de l'office de tourisme et du Parc.
Une expo interactive présente le Parc national des Cévennes et ses actions. 

Sur place :  Une boutique, librairie découverte et  produits siglés PNC.
Ouvert toute l'année (se renseigner sur les jours et horaires en saison hivernale).
En savoir plus

Accès routiers et parkings

N106 : Parking de la maison du Tourisme et du parc national des Cévennes

Stationnement :

Parking de la maison du Tourisme et du Parc national des Cévennes

Source

CC Gorges Causses Cévenneshttps://www.gorgescaussescevennes.fr/
Parc national des Cévenneshttp://www.cevennes-parcnational.fr/